Aubagne : le bilan des élections vu par un animateur de la France Insoumise

Les bons résultats électoraux de la France Insoumise, la conception particulière des campagnes électorales de Gérard Gazay, Jean-Philippe Izquierdo, animateur des campagnes électorales FI  à Aubagne puis dans la 9e circonscription Aubagne – La Ciotat nous dit tout sur la séquence électorales qui vient de se terminer.

« Dorénavant la France Insoumise est la première force d’opposition. Nationalement c’est le seul groupe à s’opposer unanimement à Macron. Mais aussi localement face à Gazay » explique Jean-Philippe Izquierdo. Effectivement, la France Insoumise le mouvement soutenant la candidature de Jean-Luc Mélenchon, née au début de l’année 2016, est arrivée à Aubagne en deuxième position – 25% des voix – au premier tour de la présidentielle et  la candidature de Sylvie Pillé avec 20 % des voix à seulement 345 voix du député sortant Bernard Deflesselles et devant le Front National au premier tour des législatives.

Cette réalité électorale toute neuve donne une responsabilité aux militants locaux de la France Insoumise. Ils ont décidé de s’organiser en association pour s’installer dans la durée. L’assemblée constituante est prévue ce mercredi 12 juillet à 18 h à la Brasserie Le Borsalino à côté de la Mairie.

Jean-Philippe, militant d’Ensemble ! (la formation politique de Clémentine Autain) sera bien évidemment membre de cette association : « nous pouvons maintenant travailler avec des députés – l’élection de Jean-Luc Mélenchon à Marseille est un gros point d’appui. Nous voulons enrichir leur travail, être des lanceurs d’alerte sur des sujets locaux comme la réanimation de l’hôpital d’Aubagne ou les boues rouge à Cassis ».

Gérard Gazay une conception particulière des campagnes électorales

Ce qui a marqué aussi l’animateur de la campagne de la France Insoumise c’est l’attitude de Gérard Gazay : « Le Maire d’Aubagne est à l’image de son député. Il ne fait jamais aucune proposition. La conception que nous nous faisons d’une campagne électorale c’est le débat d’idées, la construction d’un projet… Pas Gazay, je mets quiconque au défi de me citer une proposition locale concrète du Maire d’Aubagne pendant la campagne ! La même stratégie que Deflesselles qui a juste expliqué comment il a utilisé sa réserve parlementaire depuis 25 ans ! »

Absence d’idée donc mais aussi un penchant certain pour le répressif et l’intimidation. « La Police Municipale qui vient contrôler nos apéros militants de fin de campagne sur le cours Foch aux présidentielles comme au législatives. Un dépôt de plainte pour un affichage sauvage que nous n’avons pas réalisé… Refus de nommer des vice-présidents France Insoumise dans les bureaux de vote… » la liste des griefs de Jean-Philippe à l’encontre du Maire d’Aubagne est  longue.

« Et l’épisode le plus incroyable reste quand même celui du camion des Insoumis » rappelle Jean-Philippe. A la veille d’un des meetings les plus marquants de Jean-Luc Mélenchon sur le Vieux-Port à Marseille, les insoumis aubagnais souhaitaient accueillir une initiative de la campagne nationale (notre photo). Le Service événementiel de la mairie, prétextant le plan vigie pirate a refusé jusqu’au bout de délivrer les autorisations permettant au camion de s’installer dans le centre-ville. « Aubagne est la seule ville de France où une mairie a cherché à interdire le camion !  Même à Bézier [dirigé par un Maire soutenu par le Front National NDLR] les choses se sont mieux passées ».

Le fait que ce service de la Ville soit dirigé par Philippe Mémoli, élu « Les Républicains » à Marseille, n’était sans doute pas une coïncidence au moment où Jean-Luc Mélenchon rattrapait François Fillon dans les sondages. Mais, le Maire ne pouvait pas ignorer cette décision.

Autant de raisons supplémentaires pour les insoumis aubagnais de prolonger leur engagement et de s’installer durablement dans le paysage politique local comme national.

Gabi Monnier