Gérard Gazay confirme son choix de liquider l’hôpital d’Aubagne

Au conseil municipal de ce soir, jeudi 29 juin, le Maire d’Aubagne persiste à vouloir proposer la fusion de l’hôpital et de la clinique La Casamance. Si les actions entreprises par les élus d’opposition et celles conduites par les salariés l’ont obligé à tomber le masque, le service de réanimation de l’hôpital reste plus menacé que jamais.

Matin 9 s’est procuré le texte de la motion que soutiendra ce soir Gérard Gazay devant le Conseil municipal (18 h Bras d’Or). Ce n’est ni plus ni moins qu’un avis de décès de l’hôpital que le Maire espère voir ratifié par les conseiller municipaux. Gérard Gazay ne propose pas de défendre l’hôpital et son service de réanimation menacé de fermeture. Mais il se propose d’accompagner les souhaits de l’Agence régionale de la santé au détriment des Aubagnais et des agents du centre hospitalier Edmond Garcin.

La motion présentée par le Maire d’Aubagne explique « L’Agence Régionale de Santé (ARS) a demandé qu’une étude soit faite afin de rapprocher les offres de soins de l’hôpital public Edmond Garcin et de l’hôpital privé La Casamance.
A nos yeux ce rapprochement ne peut se faire que dans la perspective de la construction d’un nouvel hôpital sur un seul et même site sur Aubagne, qui regrouperait les offres de soins des deux hôpitaux, projet sur lequel travaillent déjà depuis quelques mois les médecins et le personnel des deux établissements. »

Monsieur le Maire un « hôpital privé » c’est une clinique : un établissement de soin à but lucratif. L’hôpital accueille tous les patients sans tri financier préalable. A l’hôpital les activités peu rémunératrices (urgence, maternité…) à la Clinique les activités profitables (réanimation, chirurgie…). Les agents hospitalier que Matin 9 avait rencontré nous avait permis de toucher du doigt cette différence. Une logique a déjà tué l’hôpital de La Ciotat lors de sa fusion avec la clinique de La Licorne.

Deux motions ; deux logiques

On est bien loin de l’esprit de la motion proposée, le 12 juin dernier, par Magali Giovannangeli et Denis Grandjean, au nom du groupe Aubagne alternative citoyenne et écologique* qui cherchait à construire un consensus autour de la défense de l’hôpital.

Si Gérard Gazay persiste dans son choix de la liquidation de l’hôpital, il trouvera sur son chemin, les salariés de l’hôpital, les aubagnais attachés à leur hôpital, les élus soucieux de l’avenir d’Aubagne et les associations locales qui travaillent à constituer un comité de défense largement ouvert.

La bataille s’annonce rude. Elle animera sans doute le second semestre de 2017.

Gabi Monnier

* Les élus d’Aubagne alternative citoyenne et écologique : Magali Giovannangeli et Denis Grandjean, co-présidents, Daniel Fontaine, maire honoraire d’Aubagne, Hélène Lunetta et Dr Djima Aït Abbas.

La motion Gazay